You are currently viewing L’enfant intérieur

L’enfant intérieur

Qu'est-ce-que l'enfant intérieur ?

Notre enfant intérieur est notre joie, notre spontanéité, il est l’amour que nous ressentons… c’est tout simplement notre envie de vivre.

Il existe en chacun de nous un enfant intérieur, qui vit souvent enfoui, blessé. Il est temps de prendre contact avec cet enfant et de l’aimer afin de nous réaliser pleinement.

L’enfant intérieur vit en Nous, je dirais que c’est la part émotionnelle de notre Être (notre Moi profond) où toutes les mémoires sont stockées. Nos propres mémoires mais aussi celles de nos parents, de nos ancêtres et de nos vies passées.

Selon le psychologue américain Eric Berne et selon sa théorie, notre monde intérieur est habité par 3 états du Moi,
que nous utilisons plus ou moins bien : le Parent, qui établit les règles ; l’Adulte qui pense, décide et résout les problèmes ; l’Enfant qui ressent et réagit. Carl Jung parlait, lui de l’enfant Divin.

Cet enfant vit en Nous tout le long de notre vie, c’est le souvenir de l’enfant que l’on a été, de l’enfant que l’on a rêvé d’être et les événements de notre vie.

Peut-être, ce petit enfant a t-il été blessé, meurtri ? cela peut provoquer en vous adulte, un vide, des dépendances, des comportements agressifs, un manque de confiance, des troubles narcissiques…

Ce petit enfant adulte aujourd’hui, a besoin d’amour, de sécurité, de soins, d’écoute, de bienveillance, de reconnaissance pour libérer votre MOI VÉRITABLE et de sortir de ce statut de victime.

Prenez un temps avec lui pour s’occuper de lui à chaque fois qu’il vous appelle, soyez un parent bienveillant pour lui/elle.

Prenez ce moment d’échange afin de vous recueillir à l’intérieur de Vous. Prenez les précautions pour ne pas être déranger et détendez-vous. Fermez vos yeux, prenez 3 bonnes respirations, recentrez vous à l’intérieur de vous et visualiser cet enfant à 3 ou 4 ans. Réfléchissez à ce qui vous a le plus manqué étant enfant : la tendresse, l’attention, la douceur, l’amour, le respect, la ta reconnaissance, etc…

Trouvez ce moment où vous étiez malheureux à cause de ce manque.

Visualisez-vous petit enfant, laissez venir les images sans chercher à les contrôler, laissez venir les émotions, le lieu, les mots qu’il vous transmet.

Prendre soin de son enfant intérieur

Comment rire, s’amuser, aimer, être heureux quand une partie de nous a vécu le manque, la tristesse, l’abandon. Nous ne pourrons être satisfait par des choses extérieures tant que nous aurons ces blessures à l’intérieur de nous.

L’enfant intérieur est en nous, dans l’instant présent, il s’ouvre à nous en offrant l’amour inconditionnel, le bonheur à travers notre âme. Il participe à travers toutes les situations vécues, en dédramatisant les événements. Il sait que la solution est à l’intérieur.

Devenir comme un enfant, c’est retrouver cet état de conscience fusionnel qu’avait l’être humain dans ses origines et que reproduit l’enfant au début de sa vie.

Il existe plusieurs méthodes pour recontacter cet enfant intérieur : par des exercices de méditations, mais aussi, plus simplement, en regardant nos photos d’enfance et en se remémorant ces moments en y mettant beaucoup d’amour

1) Comment l'adulte se construit-il ?

 

 

Il s’est construit à partir de l’enfant que vous étiez :

  • tantôt tranquille et satisfait
  • tantôt insatisfait, grandissant avec des blessures affectives et émotionnelles non résolues.

Les souvenirs douloureux incompris, conscients ou inconscients, bloquent votre développement personnel. Vous devenez adulte, en enfermant en vous un enfant intérieur qui vous rend la vie plus difficile.

  • Il s’exprime en vous de façon sourde et confuse.
  • Il vous fait réagir de manière illogique, inappropriée ou puérile.

L'enfant intérieur non guéri est source d'anxiété et de colère...

Les conflits de la vie adulte sont plus complexes à gérer lorsque ceux du passé ne l’ont pas été correctement, car la surcharge cognitive et émotionnelle qui en résulte génère désordre et anxiété.

  • Même si vous ne le voulez pas, un enfant intérieur non guéri reste toujours actif : il réclame d’être écouté, reconnu dans sa souffrance et libéré de sa problématique.
  • Mais comme il est dans les limbes de votre mémoire, il vous est difficile d’y accéder :
    • aussi une partie de votre énergie reste-t-elle prisonnière dans votre corps
    • vous ne pouvez pas être bien avec vous-même.

Guérir votre enfant intérieur, c’est assainir votre vie

En guérissant votre enfant intérieur, vous réduisez les sources de stress à l’origine :

  • des dysfonctions organiques qui dégénèrent en maladies chroniques ;
  • de problèmes relationnels ;
  • d’un manque d’équilibre pour gérer le quotidien et une agressivité encombrante.

Important : ne confondez pas guérir et soigner son enfant intérieur : soigner, c’est effectuer un retour attentionné sur vos vieilles blessures psychiques ; guérir est l’étape suivante, c’est conclure et poursuivre  votre vie, libéré du passé.

Identifiez comment s'exprime votre enfant intérieur ?

Si vous avez un enfant intérieur immature, vous êtes enclin à répondre impulsivement aux émotions et sentiments tels que : chagrin, peur, jalousie, envie, manque d’assurance, colère, agressivité, amertume, égocentrisme, versatilité…

Une humeur instable

Votre humeur ne peut être stable.

Des pensées irréfléchies, toutes faites, vous conduisent à des déductions erronées autour des faits, puis à des prises de décision qui ont des conséquences :

  • projets avortés, difficultés à vous réaliser au niveau professionnel ou familial ;
  • impossibilité d’accéder à vos pleines capacités ;
  • conflits relationnels, divorce, mauvais choix de partenaires ; dépendance affective ;
  • maladies chroniques et dépression.

L'influence de l'enfant intérieur sur la personnalité

Pour diminuer ces effets gênants et essayer de compenser la souffrance d’un enfant intérieur malade en soi, vous avez recours à des stratégies qui vous empêchent d’être épanoui, qui vous font acquérir un type de personnalité qui n’est pas forcément le vôtre.

  • Développer une personnalité caractérielle, capricieuse et arrogante.
  • Répercuter l’inconfort sur les autres en les accusant et en usant d’autorité manipulatrice.
  • Se cacher, fuir les responsabilités familiales, changer souvent de vie.
  • Adopter un rôle qui ne correspond pas à votre réalité.
  • Adhérer à un groupe idéologique offrant sécurité, but, conduite et identité.
  • Inventer des solutions autodestructrices.
  • Utiliser votre intelligence au service de revanches et de procédures qui empoisonnent votre vie et celle des autres.

Sans oublier le recours à des solutions de désinhibition (alcool, addictions, tabagisme…) ou les traitements médicamenteux au long cours pour faire face à une dépression.

Une expression liée au tempérament de base

L’expression de votre enfant intérieur insatisfait dépend de votre tempérament de base.

Selon que vous êtes calme ou nerveux, introverti ou extraverti, sensible ou dominant, dépendant ou fuyant, vous réagissez :

À savoir : différentes combinaisons de personnalités et tempéraments cohabitent parfois chez une même personne, avec, par exemple, une évolution vers un trouble de type borderline.

Votre résilience est votre capacité à être flexible et vous adapter : ce facteur est déterminant pour expliquer pourquoi certaines personnes ayant eu des expériences malheureuses pendant l’enfance rebondissent et ne laissent pas leur vie adulte être dominée par un enfant intérieur souffrant.

  • Notez autour de vous que certaines personnes, malgré une horrible biographie, parlent de leurs vieilles blessures de manière détachée, saine et instructive pour autrui.
  • Prenez-les en exemple pour vous motiver et vous libérer d’un enfant intérieur grincheux.

L'enfant intérieur peut être source d'originalité et de créativité

L’enfant intérieur immature est presque toujours source de conflits intérieurs et de désordres émotionnels, mais son expression peut aussi être source de créativité et dépassement de soi.

  • Les personnes créatives laissent exprimer leur enfant intérieur à travers leurs productions.
  • C’est parfois l’enfant intérieur blessé qui permet à certains artistes de relever les défis, de dépasser les limites de l’ordinaire et d’être appréciés dans toute leur originalité.

2) Guérissez votre enfant intérieur

Si vous gardez en vous un enfant intérieur en état de souffrance, tant que vous ne le guérissez pas :

  • vos prises de décision risquent toujours d’être mal influencées ;
  • votre vie affective demeure tournée vers la recherche perpétuelle de « pansements » de l’âme ;
  • vos dysfonctions organiques s’aggravent.

Un travail d’introspection attentif envers vous-même

Pour entreprendre de vous soigner et guérir, observez-vous dans les situations de la vie. Prenez conscience de la façon dont il le fait pour reconnaître quand votre enfant intérieur souffrant s’exprime.

  • C’est souvent dans les interprétations que vous faites des événements de votre vie, puis dans vos réactions dérangeantes, que vous pouvez le détecter.
  • La seule solution est de prêter attention à vos réflexions quotidiennes et d’interposer systématiquement le temps et le doute entre les événements et vos réactions.

Il s’agit d’un véritable travail d’écoute et de rééducation intérieure, qui demande de la persévérance et nécessite d’être consolidé sur des années. Il n’est pas facile de combattre les automatismes, et en prendre conscience relève de la volonté.

Comprendre pour composer le puzzle de votre biographie

Reconnaissez et comprenez la légitimé des réclamations de votre enfant intérieur qui souffre toujours, en composant le puzzle de votre biographie.

Attention : ce n’est pas un seul événement qui emprisonne votre enfant intérieur à un stade, c’est la répétition ou la combinaison d’expériences défavorables qu’il vous faut cerner.

Retracez votre histoire, surtout les causes qui pourraient encore et toujours vous maintenir prisonnier d’un enfant intérieur malade, avec le plus d’honnêteté possible. Comme si vous étiez lecteur d’un roman, l’essentiel est de :

  • classer et conclure votre histoire de manière juste ;
  • accepter les acteurs de votre histoire tels qu’ils sont réellement ;
  • vous positionner par rapport à eux, petit à petit.

Pour ce faire, discernez les deux types de facteurs qui ont conditionné votre présent et le futur.

  • Les événements extérieurs qui sont des circonstances : décès, aléas sociaux et économiques, accidents, arnaques, vols… À vous de les accepter tels quels.
  • Les blessures psychiques faisant suite à des excès ou des carences affectives : frustrations, humiliations, injustices jamais réparées constituent vos prédispositions psychologiques à faire des choix et avoir des attirances.

Par exemple : aucune personne, même si elle vous apporte amour et considération, ne peut combler une carence d’attention issue de votre enfance ; cette réclamation ne peut être assouvie que si vous faites l’effort de vous comprendre et de reconnaître l’origine réelle de votre manque en l’assumant.

Prendre votre part de responsabilité

Vous avez une part de responsabilité dans vos déboires. Néanmoins :

  • Accordez-vous le droit à l’essai et à l’erreur qui construit l’expérience de vie ; cela prendra le temps qu’il faut, il n’y a pas de règle.
  • Au fur et à mesure de votre évolution, apprenez vous-même à corriger les réactions inadaptées qui entraînent des erreurs répétitives.
  • Petit à petit, vous constatez combien vous êtes de moins en moins soumis à l’impétuosité d’émotions dérangeantes ; vos besoins se calment.

User de bienveillance et de fermeté pour vous rééduquer

En chacun, coexistent une part d’adulte et une part d’enfant. C’est votre part adulte qui doit prendre en charge l’enfant intérieur mal portant si tout vous indique que vous en avez un.

  • Votre enfant intérieur réclame des limites clairement définies pour se structurer : vous devez les lui imposer, vous le régentez.
  • Apprenez-lui le discernement, l’intérêt pour l’extérieur, le choix de valeurs, et choisissez des modèles pour grandir.

Vous faire aider, pour plus de discernement

Posez-vous les questions suivantes.

  • Exprimez-vous plus clairement ce que vous avez à dire et sans tensions intérieures ?
  • Savez-vous vous défendre quand il le faut, sans vous sentir facilement attaqué, vulnérable ou déstabilisé ?
  • Êtes-vous moins malade ?
  • Qui s’exprime en vous lors de vos réactions et jugements ?
  • Est-ce la réaction de l’un de vos parents  que vous reproduisez ?
  • Est-ce l’enfant que vous étiez ?
  • Est-ce l’adulte mature en possession de ses propres opinions ?

Sachez que tout le monde, avec de la volonté, peut faire la paix avec son enfant intérieur.

Étapes pour faire la paix avec votre enfant intérieur

1. Confiance

Pour que votre enfant intérieur blessé sorte de sa cachette, il doit savoir que vous serez toujours là pour lui. Votre enfant intérieur a aussi besoin d’un allié solidaire pour valider son abandon, son négligence et ses abus. ce sont les premiers éléments et ses abus. Ce sont les premiers éléments pour travailler sur la douleur initial.

2. Validation

Si vous avez toujours tendance à minimiser et /où à rationaliser les façons dont vous avez été humilié, ignoré ou utilisé pour nourrir vos parents, vous devez désormais accepter le fait que ces choses ont réellement été blessantes. Vos parents n’étaient pas méchants, ils étaient simplement des enfants blessées eux-mêmes..

3. Demander lui pardon

Un moyen de gagner sa confiance consiste à lui demander pardon de l’avoir négligé depuis tant d’années. Sois en vous adressant à lui directement à lui en toute honnêteté ou bien en lui écrivant, si vous préférez. Puis ensuite, parlez lui de vous, de votre vie depuis toutes ces années.

4. Entamez le dialogue

Il s’agit d’une véritable conversation. Posez-lui des questions simples à voix haute : « Comment vas-tu ? », « Acceptes-tu de parler avec moi ? »… Laissez venir les réponses, comme si vous jouiez une pièce de théâtre. S’il vous arrive de prendre une autre voix, plus enfantine, c’est normal. Au début, ce genre d’exercice peut dérouter, mettre mal à l’aise : c’est la preuve que vous avez du mal à accepter votre Enfant intérieur.

5. Acceptez de ressentir la souffrance

Nous ne pouvons pas soulager la souffrance de notre enfant intérieur ni l’aider à ses besoins et à vivre dans la joie si nous ne sommes pas conscients de ce que nous ressentons. La première étape vers la résolution d’un conflit intérieur consiste donc à reconnaître nos émotions.

En prenant contact avec la souffrance au plus profond de nous, nous pourrons remonter aux événements de notre enfance d’où nous avons conclu que nous sommes mauvais, fautifs, indignes d’amour ou incapables, autant de croyances génératrices de honte.

Cette étape nécessite de nous comporter avec notre enfant intérieur comme on le ferait avec n’importe quel enfant qui souffre : 

  • qu’est-ce qui se passe ?
  • que ressens-tu ?
  • de quoi as-tu besoin ?
  • quelles en sont les causes ? 

6. Colère

C’est normal d’être en colère, même si ce que l’on vous a infligé n’est pas intentionnel. En réalité, vous devez être en colère si vous voulez guérir votre enfant intérieur blessé. C’est simplement normal d’être en colère pour cela.

Je réalise que mes parents ont fait de leur mieux. Mais j’ai également conscience que j’ai été profondément blessé sur le plan spirituel et que cela a eu un impact sur ma vie. Cela signifie que je considère que c’est à nous de mettre fin à ce que nous faisons à nous-mêmes et aux autres ? Je ne tolérerai pas les abus qui ont dominé mon système familial.

7. Tristesse

La tristesse arrive après la colère,. Si nous avons été victimes, nous devons pleurer cette trahison. Nous avons été des victimes, nous devons faire aussi le deuil de ce qui aurait pu être : nos rêves et nos aspirations. Nous devons faire le deuil de nos besoins de développement non satisfait.

8. Faites-lui dessiner ses émotions

Dessin-enfant-intérieur

Le dessin est l’un des moyens d’expression les plus prisés des enfants. Prenez du papier et des crayons, et demandez à votre Enfant intérieur de dessiner l’adulte que vous êtes. Utilisez votre main gauche si vous êtes droitier, l’inverse dans le cas contraire. Jour après jour, vous pouvez lui demander de dessiner différentes scènes : ce qui le met en colère ou le rend triste, comment il se voit quand il se sent seul… Puis ce qui le rend heureux, fier de lui, spontané…

Alors, n’attendez-plus et libérez cet enfant intérieur prisonnier de ses douleurs, il vous permettra dans votre vie d’aujourd’hui, de modifier vos comportements Mais aussi d’améliorer vos relations.

Thérapeute Psychopraticienne Energéticienne

Besoin de libérer votre enfant intérieur de ses blessures, je vous accompagne avec bienveillance, à vous accepter et à vous respecter avec mes accompagnements, mes soins énergétiques et mes ateliers.

Grâce à une meilleure connaissance de vous-même, vous retrouverez l’amour, l’estime de Soi afin de vous accomplir.

Avec Amour & Gratitude.

Marie-Thérèse

Me contacter ICI

Retrouvez-moi aussi sur Facebook  ICI

Abonnez-vous sur ma chaine You Tube ICI