You are currently viewing Besoin de reconnaissance

Besoin de reconnaissance

Le besoin de reconnaissance, se joue dans la perception que tu as et que les autres ont de toi.

Un sentiment humain tout à fait normal, du moment que ce dernier ne tourne pas à l’obsession et ne constitue pas un handicap au quotidien.

Reconnaître sa valeur en tant qu’être humain qui est aimé et ses vertus et capacités à avancer, pour être heureux, mature et intègre.

Mais parfois, ce besoin de reconnaissance à tout prix, être remarqué.e par les autres, nous nous oublions la plupart du temps, et cet oubli de soi, cette inconscience de soi se traduisent, s’accompagnent souvent d’un manque de connaissance de soi.

L’apparence est un critère important parmi les préoccupations de beaucoup de personnes et pour certaines  plus que d’autres. Celles qui sont en besoin de reconnaissance se préoccupent davantage de comment bien paraître car derrière, se cachent des manques qui cherchent à être comblés. 

En vérité, toute personne a le droit d’éprouver de la satisfaction lorsque ses efforts sont appréciés et remerciés par autrui. 

Ceci étant dit, cette recherche de reconnaissance pose problème si elle devient un besoin qui conditionne notre bien-être. Il est important de le préciser, quand pour certaines personnes, l’approbation des autres prend le pas sur l’amour propre et l’estime personnelle…

Le besoin de reconnaissance est souvent en lien avec le manque d’estime de soi qui se « construit » durant l’enfance.

Le besoin de reconnaissance

Ce besoin de reconnaissance est simplement la manifestation d’une peur profonde, celle de manquer d’amour (à l’origine de toutes les autres) et vient souvent de notre enfance.

L’enfant que vous étiez avait besoin d’amour (pour remplir son réservoir) : la validation de ses parents était pour lui un indicateur de cet amour.

Si vous vous sentiez entouré.e et soutenu.e, alors vous avez appris à vous accorder de la valeur.

Si au contraire, vous ne receviez pas ces validations extérieures, vous avez probablement développé la croyance limitante « que vous n’avez pas de valeur, que vous n’êtes pas digne d’être aimée ».

Ces « blessures » liées à l’enfance sont souvent la cause principale d’un manque de confiance en soi et en la vie.
 
Le besoin de reconnaissance est souvent lié au sentiment d’avoir été abandonné, la peur d’être seul devient un gouffre au fil des années et ces personnes ont toujours besoin d’être entourées pour se sentir important.
 
Observez, si vous avez ce comportement pour le libérer en guérissant ce besoin de combler une peur de la solitude, et observez aussi si dans votre entourage, vous avez des personnes souffrant « d’abandonite aigüe » – souvent très imposantes, prenant de la place, se rendant intéressantes dans un domaine, parlant fort ou devenant obèses pour se faire remarquer.
 
Ces personnes adultes, vont avoir besoin,  de reconnaissance qu’elles cherchent parfois « désespérément » à travers le regard de l’autre, pour se sentir aimées, considérées, valorisées, sécurisées, acceptées… 
 
Elles ont souvent bien du mal à s’affirmer, à être en accord avec ce qu’elles sont ou ce qu’elles ressentent intérieurement.
La raison à cela est la peur du jugement, la peur de déplaire, de ce que va penser l’autre, car elles sont sensibles à la manière dont elles sont perçues.

Nos propres jugements nous font imaginer tout un tas de scénarios de ce que pourrait penser l’autre, ce qui bloque toute initiative: « si je fais ceci ou cela, l’autre va penser de moi…. ». Personne ne peut savoir ce que pense l’autre, ni même comment il peut réagir, sa réaction peut être celle que nous n’attendions pas et elle peut bien nous surprendre.

Si vous pensez constamment que les autres sont mieux que vous, vous commencerez à élever des murs autour de votre vie. Ne tombez pas dans cette erreur.

S'émanciper du regard de l’autre, nous gagnons en liberté d’Être.

Apprendre  à se libérer de « l’attachement » du regard de l’autre, arriver au lâcher-prise pour se sentir libéré de cette emprise. Cela revient à s’émanciper de ce qui domine notre esprit et l’obscurcit.

S’émanciper du regard de l’autre, c’est accepter que ce regard soit parfois « critique », peu ou pas aimant et qu’il ait une perception peu plaisante de nous. De la même manière que nous acceptons avec joie ce qui nous plait, n’avons-nous pas aussi à accepter ce qui nous déplait ? Si nous sommes affectés par ce regard, n’avons-nous pas à nous interroger sur ce qui a été touché en nous ?

Si notre propre regard sur nous, n’est pas ou peu aimant, il n’y a rien d’étonnant à cela, que le regard de l’autre vienne en miroir, en réponse à cette image que nous avons de nous.

S’affranchir du regard de l’autre demande à revenir sur soi, de faire l’analyse de nos blocages; angoisses, peurs, sentiments, etc., mais aussi d’entraîner notre esprit à une nouvelle façon de percevoir positivement le monde qui nous entoure.

Nous devons apprendre à mieux nous connaître, à « entendre » ce qui résonne au plus profond de nous, à identifier nos forces et nos faiblesses et à « lâcher » les croyances qui nous limitent. 

Voici différentes clés pour retrouver votre Bonheur et votre propre Reconnaissance

1. Le respect envers soi-même est indispensable. 

Si quelqu’un ne se met pas en valeur et qu’il ne se reconnaît pas lui-même comme une personne capable et importante, il n’obtiendra rien.

L’amour commence toujours par soi-même. Si je me mets en valeur et que je suis capable de voir toutes mes vertus, je serai capable de presque tout.

2. La confiance en soi

Je suis conscient de mes capacités et de mes limites, et je me fais confiance pour avancer avec équilibre et sécurité tout au long de mon chemin vital.

Si je n’ai pas confiance en moi, je perds le contrôle de ma vie et je la laisse sous le contrôle des autres.

3. La responsabilité d’avoir le contrôle sur notre vie : Vous êtes le capitaine du navire. 

Vous n’êtes ni un mousse, ni un passager. Il est indispensable de comprendre cela le plus tôt possible afin de pouvoir prendre ses propres décisions.

4. La croyance que nous avons de la valeur

Ne regardez jamais votre vie d’un point de vue de la carence mais de la possibilité et de la capacité.

Reconnaissez vos vertus et vos forces, mais jamais vos faiblesses. Nous avons tous de la valeur pour être heureux dans cette vie complexe, il suffit d’avoir confiance en soi et d’être courageux.

5. Se donner à soi-même

C’est savoir s’aider soi-même en réactivant des souvenirs positifs, se rappeler les encouragements que nous avons reçus pour dépasser les difficultés présentes. « Je vais y arriver, j’ai déjà réussi dans des contextes plus difficiles. Prenons conscience de notre capacité à nous remémorer les signes de reconnaissance pour réactiver leur pouvoir.

Il est à noter que d’avoir le courage de mettre un terme à tout ce qui peut nous causer du tourment et de s’affranchir de toute dépendance, terrain propice au mal-être. Nous devons apprendre à nous écouter, nous respecter et à nous ouvrir aux autres, en assumant ce que nous sommes, quitte à déplaire.

Ce qui compte surtout, c’est de gagner en estime de soi, qui permet de re/trouver la confiance en soi.

Poser un regard bienveillant sur soi, implique d’accepter toutes les parties, tant nos parts d’ombre que de lumière, en s’acceptant tels que nous sommes. L’acceptation de soi nous unifie à Nous-Mêmes !

En s’aimant telle que l’on est et en devenant notre meilleur ami, ou sa meilleure amie, la guérison se transforme en magie et la vie devient sereine et équilibrée.

Avec amour,

Marie-Thérèse

Comment aimer sans s'aimer

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp